0 %

CapDecisif Management devient Karista

le 23 juin 2020

La société annonce le closing de son Fonds santé digitale et dévoile sa stratégie de développement.

CapDecisif Management, société indépendante de capital-investissement pionnière en France, aborde une nouvelle étape de développement et dévoile une série d’annonces stratégiques :

  • La société de gestion change de nom et devient Karista
  • Elle annonce le closing final de son Fonds européen de santé digitale à 50 M€
  • Dans un environnement incertain post-Covid, elle pr.sente une feuille de route ambitieuse et résolument tournée vers l’Europe

Karista : un nouveau nom pour une nouvelle étape

Fondée en 2001, CapDecisif Management est une société de gestion pionnière du Capital Risque en France spécialiste du digital et de la santé. A travers ses six Fonds, dont deux actifs et un septième en cours de levée, CapDecisif Management a accompagné plus de 85 start-ups en France et l’international, dont notamment deux biotechs françaises cot.es aujourd’hui sur le Nasdaq (DBV Technologies et Erytech Pharma).

En se rebaptisant Karista, du nom d’un bateau évoqué dans l’Archipel en feu de Jules Verne, la société indépendante de capital innovation spécialisée dans l’early-stage revendique plus que jamais des valeurs fortes et de nouvelles ambitions : « L’esprit pionnier, défricheur, l’aventure et la technologie sont des thèmes qui nous tiennent à coeur et expriment notre volonté d’élargir aujourd’hui nos horizons, explique Olivier Dubuisson. Nous abordons une nouvelle phase de notre développement, plus ouverte. Nous passons ainsi d’une série de Fonds généralistes à de multiples Fonds spécialisés, notamment dans le secteur de la santé digitale et du NewSpace avec plusieurs projets innovants en cours et une dimension européenne. »

Karista affiche désormais sa volonté d’être une plateforme de gestion multifonds venture européenne et un « game changer » pour les jeunes pousses qu’elle souhaite accompagner. Souvent premier investisseur, Karista interviendra principalement dans des tours de Seed et de Séries A, dans des entreprises dirigées par des équipes ambitieuses qui veulent disrupter leur marché. Dans le viseur de Karista, des entreprises européennes qui développent de véritables atouts technologiques dans les domaines de la santé, du numérique, de la technologie et du NewSpace.

Après plusieurs recrutements et le renouvellement de sa direction, Karista fédère désormais une équipe d’investisseurs complémentaires et multispécialistes en early stage. A leur tête, Olivier Dubuisson, président du directoire et Catherine Boule, directrice générale, travaillent ensemble depuis 2003 et ont été rejoints au capital de la société de gestion par Yvan-Michel Ehkirch, partner, Baudouin Hue, partner, et Agathe Testu, secrétaire générale. Ils forment le socle d’un partnership renforcé, voué à s’étoffer avec le développement de Karista. Les associés souhaitent aujourd’hui donner une nouvelle impulsion à la structure : « Nous avons constitué une équipe d’experts, reconnus pour leur complémentarité et leur réseau, explique Catherine Boule. Nous avons aujourd’hui à coeur de mettre cette équipe, impliquée au quotidien, au service de nos start-ups pour les aider à se développer en France et à l’international ».

Closing final pour le Fonds santé digitale

A l’occasion du changement de son identité, Karista annonce le closing final de son Fonds de santé digitale (CapDecisif IV) à 50 M€ pour juillet 2020, atteignant ainsi son objectif. Ce Fonds spécialisé en santé digitale accueille comme souscripteurs des investisseurs aux profils très divers, allant d’institutionnels comme Bpifrance ou Harmonie Mutuelle/Groupe VYV, . des corporates tels que Philips, OBRATORI ou Vivalto, mais également l’Institut Pasteur. Ce Fonds réunit ainsi les acteurs leaders et complémentaires de l’univers de la santé et du bien-être, et affiche un objectif clair : créer un écosystème bienveillant pour participer à la sélection des start-ups choisies par le Fonds et accélérer leur croissance.

Au total, le Fonds devrait financer une quinzaine de start-ups en France et en Europe de l’Ouest via des tickets initiaux de 500K€ à 1,5M€, et pouvant investir jusqu’à 4M€ par société. Il a aujourd’hui investi dans trois startups : Incepto, spécialiste de l’Intelligence Artificielle dans le domaine de l’imagerie médicale, CozyCozy le comparateur indépendant de toutes les offres d’hébergements touristiques, et Implicity, plateforme SaaS pour la télésurveillance des patients porteurs de pacemakers et défibrillateurs implantables.

Objectifs pour 2020 et 2021 : une plateforme venture

Karista devient une plateforme de gestion multi-fonds venture européenne, avec la gestion du Paris Région Venture Fund, Fonds de 50M€ de la Région Ile-de-France, les Fonds santé digitale (CapDecisif IV) et NewSpace en partenariat avec le CNES (Cosmicapital).

Les thématiques retenues pour chacun de ces Fonds émanent d’une réflexion précise et conjointe avec les partenaires de Karista. « Experts de l’investissement dans des secteurs émergeants à fort enjeu technologique, nous construisons nos Fonds avec des partenaires investisseurs et des corporates aux ambitions stratégiques. La thématique est également choisie en fonction de l’environnement concurrentiel proposé par les autres sociétés de gestion », explique Baudouin Hue.

Digitalisation et impacts positifs

Anticipant une accélération de la digitalisation, de l’usage des donn.es et de l’IA, Karista souhaite saisir les opportunités d’investissement dans un contexte mondial qui valorise plus que jamais l’impact sociétal et la gestion des ressources.

« Investissant dans les futurs leaders technologiques ou économiques, nos Fonds thématiques prennent en compte les enjeux d’impact avec, par exemple, l’accès aux soins pour le Fonds santé digitale, le développement économique avec le Paris Region Venture Fund, ou la gestion des ressources naturelles via CosmiCapital. Avec ces Fonds, nous apportons un concours financier déterminant aux entrepreneurs qui s’engagent, et une assurance à nos investisseurs sur la destination des cibles financées », conclut Yvan-Michel Ehkirch.

adipiscing diam risus venenatis sem, ut in elit. Aliquam Donec